*@%    @@        @        @           &@                                                                                           

                  (@                @        @           &@              .@@@@@,                                                                      

                   @                @        @           &@            @@@@@@@@@                                                                      

                     %@@            @        @           &@          @@    @@@@@                                                                      

                          @@*       @        @           &@        @@     @@@@@                                                                       

                            @@      @        @           @@      @@      @@@@@@                                                                       

                 @@         @       @        @@          @     @@.      @@@@@@                                                                        

                   @@#   @@#        @          @@@   .@@#    ,@@       @@@@@@                                                                         

                                                            @@       /@@@@@@#                                                                         

                  (@@@@@@@@         @,        ,@@@@@@@@(  @@.       @@@@@@@@                                                                          

                  (@        (@*     @,     @@           &@@        @@@@@@@@    *@@@@@@@/                                                              

                  (@          *@    @,   ,@            @@        (@@@@@@@@@@@@@@     @@@@                                                             

                  (@           %@   @,   @           @@&        @@@@@@@@@@@@        /@@@@                                         &@@@@@              

                  (@            @   @,  ,@         &@@        *@@@@@@@@@@*          @@@@@                                        @@@@@@@@@            

                  (@           @&   @,   @*       @@*        @@@@@@@@@@*          .@@@@@@                                        @@@@@@@@@            

                  (@          @,    @,    @@    @@@       @@@@@@@@@@@@           @@@@@@@                                         @@@@@@@@             

                  (@      ,@@       @,        @@@,      @@@@@@@@@@@@#           @@@@@@@                                                               

                                             @@@     @@@@@@@@@@@@@@.           @@@@@@@@                                                               

                                           @@@@   @@@@@@@@@@@@@@@@           *@@@@@@@@                                  @@@@@@@@@@                    

                                         @@@@@@@@@@* &@@@@@@@@@@@           @@@@@@@@@                               @@@@@@      @@@                   

                                       ,@@@@@@@@     @@@@@@@@@@@           @@@@@@@@@                            @@@@@@         ,@@@                   

                                     .@@@@@@@*       @@@@@@@@@@           @@@@@@@@@@                        @@@@@@(           @@@@                    

                                   @@@@@@@@         @@@@@@@@@(           @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@. (@@@@@@@&            @@@@@                     

                                 @@@@@@@@         #@@@@@@@@@            @@@@@@@@@@@@@@@          @@@@@@@@@@@@             @@@@@@                      

                              @@@@@@@@@          @@@@@@@@@@            @@@@@@@@@@@               @@@@@@@@@@            @@@@@@@@                       

                           @@@@@@@@@@           @@@@@@@@@@            @@@@@@@@                  @@@@@@@@@            @@@@@@@@@                        

                        @@@@@   @@@            @@@@@@@@@*              @@@@                 .@@@@@@@@@@             @@@@@@@@@                         

                     @@@@@     @@@            @@@@@@@@@                                  @@@@@@@@@@@@,            &@@@@@@@@@                          

                  @@@@@                     ,@@@@@@@@@                               ,@@@@@@@@@@@@@@             &@@@@@@@@@                           

               @@@@@                       @@@@@@@@@#                             (@@@@     @@@@@@.              @@@@@@@@@                            

             @@@@                         @@@@@@@@@                             @@@@       @@@@@@                @@@@@@@.                             

                                         @@@@@@@@@                           %@@@        @@@@@@                                                       

                                        @@@@@@@@                           *@@@        @@@@@@                                                         

                                      ,@@@@@@@@                           @@@,       @@@@@@                                                           

                                     @@@@@@@@%                           @@@     ,@@@@@@                                                              

                                    @@@@@@@@                             @@@@@@@@@@@@                                                                 

                                   @@@@@@@@                               @@@@@@                                                                      

                                  @@@@@@@                                                                                                             

                                ,@@@@@@/                                                                                                              

                               @@@@@@@                                                                                                                

                              @@@@@@                                                                                                                  

                             @@@@@.                                                                                                                   

                            @@@@,                                                                                                                     

                            @@                                                                                                                        

  • achartmann

Et la santé – culturelle – surtout !

Manifeste du Studio Abi pour une éducation textile à l’œuvre dans la santé de nos liens.


Lors du premier confinement en mars 2020, de nombreux articles de la presse féminine mais aussi généraliste posaient la question du sens de s’habiller dans une situation d’enfermement chez soi. Le jogging comme une fuite en avant. L’aveu d’un renoncement gagna alors ses lettres de mollesse et devint le vêtement doudou dont personne ne voulait se séparer, avide de réconfort, en somme un palliatif à nos angoisses.


Depuis quelques semaines pourtant, on assiste à une nouvelle tendance que nous pourrions rapprocher du Phoenix renaissant de ses cendre. Le pyjama pilou pilou oversize aurait laissé place aux robes mini, ornementées de strass et paillettes. Les réseaux sociaux s’affolent devant les tenues de fête et soirées habillées pour célébrer la Saint Sylvestre. Les créateurs de costumes endimanchés ne connaissent plus la crise - cf. l’article « La revanche du glamour » de Sophie Abriat, dans Le Monde daté du 27 décembre 2021. Tous et toutes interrogé·es vantent le plaisir de se parer « juste pour soi », « se faire du bien », « garder le moral et faire la fête » en espérant passer à travers les gouttes de la cinquième vague COVID.


Ces observations rappellent que s’habiller et santé sont liés depuis une éternité. Aux origines du vêtement, comme équipement de protection, les humains ayant perdu leur pilosité se couvraient pour se protéger du froid et ainsi éviter de tomber malade - cf. la démonstration du Ian Gilligan, archéologue australien dans son livre Climate, Clothing and Agriculture in Prehistory : linking evidences, causes and effects, publié en 2018 par Cambridge University Press. Depuis et nous l’expérimentons personnellement quotidiennement, au-delà des considérations météorologiques, les vêtements servent tour à tour à camoufler des états d’âme ou au contraire à exprimer des sentiments joyeux.


Notre propos ici n’est pas tant de défendre les caractéristiques thérapeutiques de l’habillement qui font aujourd’hui consensus, du moins pour les fashion expert·es, mais de mettre en lumière une idée encore peu répandue que nous souhaitons partager et éprouver sur notre terrain d’expérimentation qu’est le Studio Abi.



De la santé physique à la santé culturelle

Cette idée nous a été inspirée par la lecture du rapport au ministre de la culture – mission « Culture petite enfance et parentalité », intitulé Une stratégie nationale pour la Santé Culturelle : promouvoir et pérenniser l’éveil culturel et artistique de l’enfant de la naissance à 3 ans dans le lien à son parent (ECA-LEP), dirigé par Sophie Marinopoulos, psychologue et psychanalyste, experte de l’enfance et de la famille et présenté en janvier 2019, des mois avant l’apparition de la COVID-19. Sophie Marinopoulos, forte de son expertise et de son expérience engagée, a mené une mission d’intérêt général pour valoriser la place de la culture et son rôle positif indispensable dans la santé des enfants mais aussi son apport dans la relation familiale à construire.


Si la santé physique des tout-petits est suivie et prise en charge dès la conception de l’enfant puis à des étapes décisives de sa croissance depuis la fin de la seconde guerre mondiale à travers un programme national visant à combattre en premier lieu la malnutrition, Sophie Marinopoulos alerte dans ce rapport sur les dangers de ce qu’elle qualifie de « malnutrition culturelle » et de fait, la dégradation d’une santé culturelle aussi vitale qu’elle est ignorée en ces termes. Par « santé culturelle » Sophie Marinopoulos entend tous les liens qui participent à l’équilibre affectif, psychique, relationnel de tout individu, à commencer par les plus jeunes d’entre nous et met ce concept en perspective de la santé telle qu’elle est appréhendée par l’Organisation mondiale de la santé : « la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

Ce rapport rendu en janvier 2019, à la lumière du contexte sanitaire que nous traversons actuellement, n’en est que plus essentiel. Et ce n’est pas ironique de notre part que de choisir un tel vocabulaire pour évoquer la santé de nos liens, plus que jamais mise à mal tant nous sommes désormais sans conviction, tiraillés entre concept et contexte. Ne prenons que l’exemple des écrans pour illustrer cette confusion et perte de repères. Hier, l’écran considéré comme l’adversaire d’une éducation positive riche de nuances et encline à la curiosité relationnelle, la découverte sensorielle et l’expérimentation partagée, est désormais le sauveur de nos relations au temps des confinements et isolements successifs. On ne compte plus les réunions ZOOM, les apéro WhatsApp, ou encore la continuité pédagogique qui ont pu exister avec ce support technologique qu’on aime autant qu’on déteste, ne faisant qu’accentuer nos comportements dissociatifs mais dont nous ne pouvons plus nous passer pour le meilleur et pour le pire.


Début 2022, à l’heure des vœux où nous nous souhaitons le meilleur et surtout la santé, la santé physique est sans conteste, indispensable, nécessaire, ESSENTIELLE. Mais qu’en est-il de notre santé culturelle et qui plus est, celle des enfants, qui pour les plus jeunes sont nés avec un masque qui leur pend au nez, des cinémas désertés, des salles de spectacle et musées à jauge réduite quand ils ne sont pas tout simplement fermés, et des injonctions continues à ne pas toucher ? Comment dans ces conditions, accompagner la croissance des plus petits dans un bain culturel, aller à la rencontre du monde, et en tout premier lieu son monde, créé par la cellule familiale ? C’est devenu en effet une peine perdue pour beaucoup ces derniers mois.


Ne pêchons pas par naïveté. L’accès à la culture n’a jamais été chose aisée. Le rapport lui-même le stipule en s’appuyant sur le travail du « Fonds d’intervention culturelle (FIC) et la vision de la culture par Jacques Duhamel qui affirmait que la politique culturelle ne doit pas seulement consister dans une démocratisation des œuvres d’art mais aussi être au cœur de la société pour enrichir la vie quotidienne des citoyens ». Sophie Marinopoulos partage la définition de ce qu’est la culture au sens onusien et l’illustre par des exemples pour y accéder, et pour l’apprivoiser, et ce dès le plus jeune âge voire dès le développement intra-utérin. Elle place la culture si haut dans les enjeux relationnels qu’elle capitalise sur l’éveil avant même ce qui est nommé « éducation culturelle ». Elle souligne évidemment l’importance du livre, du spectacle vivant, de l’artiste en général dans une société bienveillante et à l’écoute de sa jeunesse. Ce document est si riche et inspirant qu’il ne peut être résumé. Pourtant une chose est frappante. D’autant plus que Sophie Marinopoulos s’appuie sur les travaux de Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste qui conceptualisa la notion d’objet transitionnel, avec la publication de son ouvrage Transitional Objects, en 1951.



Le textile, grand oublié de la santé culturelle

Cette absence est celle du vêtement est plus largement du textile comme support sensoriel et donc relationnel, culturel, esthétique, etc. jouant un rôle primordial dans la construction de l’enfant et sa découverte du monde. Il n’y a qu’à observer la place du fameux doudou dans la vie du tout-petit, mais aussi le soin qui lui est apporté lors de l’habillement, de même que l’investissement économique et émotionnel au cours de la constitution du vestiaire d’un premier enfant, ou encore les comportements de l’entourage (don ou prêt de vêtements, cadeaux) qui participent à la transmission d’une histoire familiale et qui sont des rôles-modèles dans la construction des goûts de l’enfant.


Comment analyser cette absence ? Serait-ce un oubli du fait d’une omniprésence évidente ? Cette omission révèle pour le moins du côté du Studio Abi, une obsession du vêtement et une « foi » assumée dans les pouvoirs magiques des étoffes qui dépassent heureusement le périmètre de la mode. Si nous lisons entre les lignes ce rapport, Sophie Marinopoulos explique que l’éveil culturel et artistique dans le lien enfant-parents est « une proposition pour que l’enfant et ses parents vivent ensemble une expérience esthétique faite d’émotions et de relations. Pour accéder dans son corps à des expériences sensibles et esthétiques. Éveiller c’est humaniser. C’est proposer au tout-petit un langage incarné qui porte la vie. La dimension corporelle qu’offre l’éveil culturel et artistique dans le lien enfant-parent (ECA-LEP) donne de l’épaisseur au langage qui ouvre au symbolique ». Autrement dit, c’est aller des sens au sens, c’est toucher mais aussi être touché, c’est favoriser le tissage de liens.



Les vêtements : matière à tisser des liens

Qui mieux que les habits, dès les premiers jours, semaines, mois de la vie qui nous enveloppent, nous protègent autant qu’ils stimulent nos sensations pour nous éveiller au monde, mais aussi pour exprimer le soin apporté à l’enfant, pour construire une relation qui certes passe par l’expression orale mais aussi et surtout par une communication sensorielle, faite de caresses, de bains, de berceuses, de portés, de baisers, de doudous, d’emmaillotage, de change, etc. Puis en grandissant, par l’acquisition de l’autonomie en apprenant à s’habiller seul·e, à choisir ses vêtements en fonction de l’exemple - ou non - parental. Jouer à se mettre dans la peau de son père et/ou de sa mère en portant chaussures à talons, cravate, vêtement trop grand et de fête, bijoux précieux prêtés pour les grandes occasions ou les breloques fantaisistes détournées de leur usage premier.

Ces moments a priori anodins participent aussi à la transmission culturelle familiale que Sophie Marinopoulos regrette voir péricliter. Raconter un vêtement qui a été transmis de génération en génération, c’est évoquer l’histoire de famille, partager des souvenirs – de voyage – et de formuler des souhaits pour l’avenir. C’est parler des savoir-faire et métiers des ancêtres et les valoriser. Le vêtement contextualise notre rapport au monde, il nous situe et nous nous situons avec lui. Sensibiliser les parents à l’habillage des enfants en fonction de leurs activités quotidiennes c’est les projeter dans leurs actions – c’est leur demander de faire preuve d’empathie. Cela semble évident mais les ateliers que le Studio Abi anime dans les crèches avec les personnels pédagogiques et les parents révèlent des situations contradictoires et des parents pressés que leurs enfants grandissent, marchent, deviennent propres et réussissent à s’habiller en autonomie alors qu’ils les habillent avec des vêtements qui entravent leur mobilité. Intéressant aussi de noter que les expert.e.s de la petite enfance rapportent comment l’habit est aussi un support visuel complémentaire des livres ainsi qu’un support de communication entre les enfants , un médium de socialisation et un matériau pour éprouver le goût de chacun·e et le désir de propriété qui se manifeste chez le tout-petit.


Le Studio Abi à travers les ateliers dans les écoles maternelles et primaires mais aussi par des conférences, propose un premier cadre d’une éducation textile comparable à l’éducation à l’alimentation. Cette méthodologie permet d’appréhender l’origine des matériaux, de découvrir les techniques de fabrication, d’approfondir la sociologie des comportements vestimentaires ou l’histoire du costume, mais aussi et surtout d’accéder à l’art d’une façon horizontale et non distanciée.



Entrer par le vestiaire dans l’art

En effet, l’art est encore trop souvent présenté principalement voire uniquement à travers des références d’une culture légitime où l’art textile pour des raisons liées au genre des artistes et principales protagonistes a été longtemps négligé pour ne pas dire méprisé et nié, réduit à de l’artisanat dans le meilleur des cas. Il n’y a qu’à prendre l’exemple de l’école du Bauhaus pour comprendre les mécanismes de domination qui se jouaient au sein d’une institution considérée pourtant comme étant à l’avant-garde de la création. Les femmes n’y étaient acceptées que dans l’atelier de tissage, celui-là même qui permettait de générer des revenus nécessaires au fonctionnement de l’établissement, mais qui était déprécié par les autres ateliers de l’école exclusivement masculins.


Or cet art textile ancré dans nos quotidiens – nous sommes tous et toutes concerné·es par l’habillement, mais aussi par les tissus d’ameublement – est une entrée merveilleuse pour explorer l’art dans toutes ses expressions, jusqu’aux plus abstraites. Nous pensons à Sonia Delaunay, Anni Albers, Sophie Tauer-Arp pour ne citer que les plus en vogue en ce moment, qui dans l’histoire de l’art ont longtemps étaient les compagnes de avant d’être des artistes à part entière mais dont le travail depuis quelques années sort de l’ombre et est offert au grand public à travers des expositions aux quatre coins du monde.

Les institutions muséales œuvrent à la reconnaissance du textile comme un medium artistique en accordant de plus en plus d’expositions monumentales à des artistes telles que Sheila Hicks en 2018 au Centre Pompidou de Paris, mais aussi en mettant en lumière le travail de créateurs de mode. Quelques mois avant, le musée d’art décoratif consacrait une exposition à « Christian Dior, couturier du rêve » qui rencontra un succès sans précédent. En 2015 déjà, le Grand Palais avait ouvert ses portes à Jean-Paul Gaultier, qui déplaça les foules. Les rendez-vous proposés par les institutions de la mode comme le Palais Galliera telles que les rétrospectives Gabriel Chanel, Azzedine Alaïa ou Martin Margiela pour ne citer qu’elles, ne sont pas visitées que par des rédactrices de papier glacé mais aussi par des milliers de curieux·ses. Dans un autre style mais tout aussi édifiant, le dernier projet de Christo et Jeanne-Claude, L’Arc de Triomphe empaqueté, en septembre 2021 à Paris, prouve combien le tissu a un pouvoir attractif et toujours polémique.


Si les toiles des peintres sont à base de coton, les vêtements eux-mêmes peuvent être les supports d’œuvres d’art quand ils ne les constituent pas par eux-mêmes. Prenons l’exemple d’Yves Saint Laurent s’inspirant très largement de Piet Mondrian pour sa collection de robes « Hommage à Mondrian » en 1965. Il ne s’arrêta pas là, car en 1988, avec le précieux savoir-faire de l’atelier Lesage, il recommença avec un autre peintre néerlandais, Vincent Van Gogh en créant les vestes Tournesols et Iris.

Au-delà de ces emprunts directs à la peinture et à des références mondialement partagées, que dire du travail des stylistes de mode ? De leurs pièces de Haute Couture évidemment mais pas seulement ? Les créations d’Elsa Schiaparelli en collaboration avec Salvador Dali comme la Robe à imprimé Homard de 1937 ? Ou plus récemment encore, Martin Margiela et sa mode conceptuelle n’ont-elles repoussé que les frontières de la mode, ou plus largement les frontières de l’art ?



L’éducation textile, premier pilier de la santé culturelle

Nous sommes-nous éloigné·es de la santé culturelle et de cet éveil à l’art et à la culture dans le lien enfant-parent promus par Sophie Marinopoulos en évoquant de grands noms de la mode ? D’aucuns pourront le penser. Pourtant, la littérature et les journaux sont remplis de souvenirs d’enfance de personnalités, qu’importe leur secteur d’activité, liés à des expériences esthétiques et affectives dans le cadre familial : se préparer pour aller à une fête, emprunter les vêtements dans le placard de ses grands frères, passer du temps avec une tante fantasque tirée à quatre épingles qui rapportait des vêtements de ses voyages, etc.


Au Studio Abi, nous observons que cette approche intrépide de conscientisation du rapport au vêtement dès le plus jeune âge, sans préjugé aucun, croisant simultanément et sans hiérarchisation, des données historiques, géographiques et scientifiques à des références artistiques de la pop-culture et de la culture légitime, représente une ouverte au monde sans précédent.

Le vêtement qu’il soit costume de scène, parure de cérémonie, équipement de sport, uniforme professionnel, cadeau de naissance ou œuvre d’art est un support de liens. Que les sceptiques se rassurent, l’idée n’est pas de niveler par le bas la création artistique, au contraire. Notre motivation, puisque la culture a un tel pouvoir dans nos vies, dans nos relations, pour notre santé, est de lui donner la place qu’elle devrait avoir pour chacun et chacun·e d’entre nous. Ainsi par l’éducation textile, notre ambition est d’expérimenter de nouvelles voies d’accès au beau, comme capacité d’émerveillement.

Si le Studio Abi enfonce des portes ouvertes pour certain·es, il assure, de par l’expérimentation et l’observation sur le terrain, dans les ateliers avec les enfants, dans les projets menés avec les enseignant·es, dans les rencontres professionnelles autant avec les industriels de la mode qu’avec les artisan·es, que l’éducation textile a de l’avenir au même titre que l’éducation à l’alimentation.

Dans son rapport, Sophie Marinopoulos écrit encore : « Accéder à une part sensible de soi, être touché par la beauté sont des signes d’équilibre et d’harmonie qui ne doivent pas être ignorés. Car, en perdant cette aptitude à être « touché » nous perdons aussi nos capacités à prendre l’autre en compte, à être en empathie, à l’écoute, dans le respect de la différence. »

Nous lisons également : « Lutter contre l’adulto-morphisme. L’ECA-LEP encourage à regarder l’enfant comme un être en devenir et non comme un adulte en miniature », « L’ECA-LEP, en proposant des œuvres originales, lutte contre la misère symbolique qu’induit la consommation d’objets standardisés » et aussi « L’ECA-LEP est une proposition pour que l’enfant et ses parents vivent ensemble une expérience esthétique faite d’émotions et de relations ». Dans cette perspective, commençons avec ce qui est le plus proche de nous, ce qui nous entoure, au quotidien, à nôtre portée. Nos vêtements. Interrogeons nos vestiaires et celui de nos enfants constitués dans une grande majorité pour des raisons économiques et considérées comme pratiques, d’articles de la fast-fashion. L’enjeu n’est pas d’incriminer les parents, de nous culpabiliser, mais au contraire de bouger les lignes et de progressivement modifier les comportements vestimentaires et d’éclairer notre rapport aux habits. Pour consommer en conscience dans un souci écologique et économique certes mais afin également de s’appuyer sur cette matière textile comme source d’exploration esthétique et d’émotions à partager avec les enfants.



Jouer à se vêtir et vivre en bonne santé – culturelle

En guise de conclusion temporaire, nous vous invitons à vivre une expérience simple, accessible à toutes et tous et inspirée une fois encore par Sophie Marinopoulos à la lecture de ce rapport qui devrait être le socle de nos ambitions communes : « Pour que l’éducation artistique et culturelle prenne sens, il est nécessaire de l’inscrire dans un continuum qui s’organise dans l’éveil. Démocratiser l’éveil artistique et culturel demande de l’inscrire dans le quotidien des familles, d’aller là où sont les jeunes enfants et leurs parents, de viser un développement massif de l’éveil culturel et artistique ». Depuis près de deux années, le quotidien des enfants et de leurs parents est d’abord et avant tout dans leur foyer. Le Studio Abi vous propose alors ne serait-ce qu’une fois, le jour de votre choix de changer vos habitudes vestimentaires sans sortir de chez vous. Cela peut prendre plusieurs formes : vous habiller différemment qu’à l’accoutumée ; laisser votre progéniture choisir ses habits ou mieux encore qu’elle choisisse les vôtres ; vous vêtir avec des couleurs et motifs si vous êtes d’ordinaire en noir uni, etc. Bref, de casser la routine vestimentaire. Et d’observer votre comportement et celui de votre entourage. Des différences se manifestent-elles ? Les conversations au petit-déjeuner s’engagent-elles d’une autre façon ? Abordez-vous les choses sous un autre angle ? Dans ce sens, rappelez-vous aussi vos fêtes costumées, et combien le personnage sur lequel vous aviez porté votre dévolu vous donnait des ailes lorsque vous étiez dans sa peau. Pourquoi ne vous amuseriez-vous pas avec les enfants à vous déguiser, rien qu’en ouvrant avec eux les portes des penderies ? Et jouer à se vêtir. Pour le plaisir. Pour passer du temps ensemble. Pour partager vos goûts, découvrir ceux de vos enfants. Discuter. Toucher. Ressentir. Vivre. En bonne santé. Relationnelle et affective. Culturelle en somme, en tissant des liens et en habillant vos rêves.


C’est tout ce que le Studio Abi vous souhaite pour 2022.

Posts récents

Voir tout

​​=^_^=

(づ。◕‿‿◕。)づ

  • Facebook
  • Instagram