*@%    @@        @        @           &@                                                                                           

                  (@                @        @           &@              .@@@@@,                                                                      

                   @                @        @           &@            @@@@@@@@@                                                                      

                     %@@            @        @           &@          @@    @@@@@                                                                      

                          @@*       @        @           &@        @@     @@@@@                                                                       

                            @@      @        @           @@      @@      @@@@@@                                                                       

                 @@         @       @        @@          @     @@.      @@@@@@                                                                        

                   @@#   @@#        @          @@@   .@@#    ,@@       @@@@@@                                                                         

                                                            @@       /@@@@@@#                                                                         

                  (@@@@@@@@         @,        ,@@@@@@@@(  @@.       @@@@@@@@                                                                          

                  (@        (@*     @,     @@           &@@        @@@@@@@@    *@@@@@@@/                                                              

                  (@          *@    @,   ,@            @@        (@@@@@@@@@@@@@@     @@@@                                                             

                  (@           %@   @,   @           @@&        @@@@@@@@@@@@        /@@@@                                         &@@@@@              

                  (@            @   @,  ,@         &@@        *@@@@@@@@@@*          @@@@@                                        @@@@@@@@@            

                  (@           @&   @,   @*       @@*        @@@@@@@@@@*          .@@@@@@                                        @@@@@@@@@            

                  (@          @,    @,    @@    @@@       @@@@@@@@@@@@           @@@@@@@                                         @@@@@@@@             

                  (@      ,@@       @,        @@@,      @@@@@@@@@@@@#           @@@@@@@                                                               

                                             @@@     @@@@@@@@@@@@@@.           @@@@@@@@                                                               

                                           @@@@   @@@@@@@@@@@@@@@@           *@@@@@@@@                                  @@@@@@@@@@                    

                                         @@@@@@@@@@* &@@@@@@@@@@@           @@@@@@@@@                               @@@@@@      @@@                   

                                       ,@@@@@@@@     @@@@@@@@@@@           @@@@@@@@@                            @@@@@@         ,@@@                   

                                     .@@@@@@@*       @@@@@@@@@@           @@@@@@@@@@                        @@@@@@(           @@@@                    

                                   @@@@@@@@         @@@@@@@@@(           @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@. (@@@@@@@&            @@@@@                     

                                 @@@@@@@@         #@@@@@@@@@            @@@@@@@@@@@@@@@          @@@@@@@@@@@@             @@@@@@                      

                              @@@@@@@@@          @@@@@@@@@@            @@@@@@@@@@@               @@@@@@@@@@            @@@@@@@@                       

                           @@@@@@@@@@           @@@@@@@@@@            @@@@@@@@                  @@@@@@@@@            @@@@@@@@@                        

                        @@@@@   @@@            @@@@@@@@@*              @@@@                 .@@@@@@@@@@             @@@@@@@@@                         

                     @@@@@     @@@            @@@@@@@@@                                  @@@@@@@@@@@@,            &@@@@@@@@@                          

                  @@@@@                     ,@@@@@@@@@                               ,@@@@@@@@@@@@@@             &@@@@@@@@@                           

               @@@@@                       @@@@@@@@@#                             (@@@@     @@@@@@.              @@@@@@@@@                            

             @@@@                         @@@@@@@@@                             @@@@       @@@@@@                @@@@@@@.                             

                                         @@@@@@@@@                           %@@@        @@@@@@                                                       

                                        @@@@@@@@                           *@@@        @@@@@@                                                         

                                      ,@@@@@@@@                           @@@,       @@@@@@                                                           

                                     @@@@@@@@%                           @@@     ,@@@@@@                                                              

                                    @@@@@@@@                             @@@@@@@@@@@@                                                                 

                                   @@@@@@@@                               @@@@@@                                                                      

                                  @@@@@@@                                                                                                             

                                ,@@@@@@/                                                                                                              

                               @@@@@@@                                                                                                                

                              @@@@@@                                                                                                                  

                             @@@@@.                                                                                                                   

                            @@@@,                                                                                                                     

                            @@                                                                                                                        

  • achartmann

La mode ou l'enfance à retrouver

La mode, les adultes parlent, les enfants révolutionnent.



La mode est à un tournant de son histoire, de son développement.


On remet en question à juste titre, son système de production et de consommation.


On réfléchit à son avenir en imaginant des néo-matériaux, en valorisant des comportements responsables, en élaborant des circuits de fabrication et distribution différents, en réinvestissant des savoir-faire jugés longtemps dépassés voire obsolètes pour renaître de leurs cendres, en créant des collections androgynes soi-disant, en rendant désirable ce qui ne l’était plus ou pas encore la saison dernière.


Bref, on avance on avance, dos au mur, le cœur à l’ouvrage. Tous les acteurs du secteur sont mobilisés, du moins le déclarent-ils haut et fort. On ne peut pas s’en plaindre. C’est déjà ça. La prise de conscience est un début à encourager.


Pourtant il y a une grande absente à cette révolution : la jeunesse, le tendre âge. Rien ou presque n’est fait pour réfléchir aux habits des enfants. Il n’est pas question ici des marques de niches ou des collections en coton bio et couleurs neutres des géants qui rassurent les directeur.trices marketing et les parents qui ont les moyens et/ou l’énergie de se soucier de leur impact carbone et des conditions de travail dans les usines. Ceux-ci représentent une goutte d’eau dans cet océan de sweatshops, d’autant que s'ils répondent aux besoins des enfants, s’habiller pour être protégés contre les éléments extérieurs et les remarques anticipées liées à la norme sociale tacite de la pudeur et des représentations genrées attendues en la matière, répondent-ils à leurs envies, leur imagination ?


Sans exception, nous pouvons affirmer que depuis le début de nos investigations, aucune des conférences auxquelles nous avons participé invitant expert·es conseil, industriel·les, entrepreneur·es, stylistes, aucune des tribunes que nous avons lues, rédigées par des journalistes mode et économie, invoquent les futures générations autant comme un observatoire riche d’enseignements qu’un réservoir d’innovations (des vraies) et de talents.


Personne n’évoque l’importance de l’éducation, sa nécessité chez les plus jeunes. Tout le monde s’accorde pour inciter à la prise de conscience d’acheter moins, de consommer mieux. Mais nul ne considère le vêtement autrement que comme un objet fini qui pourrait être conçu différemment et surtout porté selon des critères redéfinis par les premiers concernés.


En effet, avons-nous jamais pris le temps de poser aux enfants la question suivante : « comment t’habillerais-tu si tu étais libre de choisir tes vêtements ? ».


Aussi, si cette question contient deux biais, le premier, l’obligation qu’il y aurait de s’habiller et le second étant de le faire avec des vêtements déjà existants, des objets finis conçus pour un usage précis et limité, imitant la mode des grand·es. Pour preuve, observons la suprématie du Slim dans le rayon pantalon autant chez les filles que les garçons. Car oui, le vestiaire enfantin, pour des raisons sociales et commerciales s’organise de façon binaire, au détriment de la liberté de mouvement des enfants.


Poussons alors davantage le raisonnement. Interrogeons les enfants alors sur « les habits à créer s’ils et elles étaient libres d’inventer leurs propres vêtements ».


Comment déconstruire ce que les enfants connaissent déjà : « pantalon, robe, jupe, pull, chemises, tee-shirt, short, etc. » comme autant de vêtements codifiés, attribués à des genres, à des utilisations précises, des objets limités et limitant ?


Par l’éducation, simplement, uniquement, justement. L’éducation du vêtement. L’éducation par le vêtement. Mais sans faire la leçon et surtout sans donner des réponses à des questions posées par des adultes pour des adultes qui auraient tenté de se mettre « à hauteur d’enfant » et de se substituer à leur parole.


Ce n’est pas que naïf de penser que « les enfants sont l’avenir de la mode » autant que du monde. C’est une réalité. C’est une nécessité. Ce temps de l’enfance, circonscrit pour notre sujet à la première décennie de vie, car s’appuyant entre autres sur la courbe de croissance des carnets de santé, qui est la même pour les filles et les garçons et ce jusqu’à la puberté, constitue un terrain fabuleux pour faire bouger les lignes d’une mode « fast & furious ». Une mode dépassée car incapable de voir au-delà d’une organisation homme/femme et ne sachant répondre qu’à des questions de style.


Évidemment des initiatives existent à la marge pour des publics réduits. Elles sont louables, nécessaires, encourageantes, inspirantes, mais lorsqu’il est question de faire la révolution, il s’agit d’abolir les privilèges, pacifiquement s’entend, et d’avancer en nombre. Aussi, concentrons-nous à déboulonner les idées reçues incontestées car jugées jusqu’alors indépassables.


Pour ce faire, rien de tel que de jouer. Sérieusement.



D’expérience, prendre la mode de façon frontale ne donne rien de bon, cristallise les tensions, et on n’éviterait pas les clichés. On voudrait ne froisser personne, et pour avoir l’impression d’avancer et de faire du bien à la planète, on se retrouverait à lancer une énième collection unisexe en allant piocher dans le vestiaire masculin pour proposer des chino et des marinières ou une plateforme online valorisant la « seconde main ». Tout ça pour ça. « Même joueur joue encore ».


Entrer par le déguisement pour interroger la mode, qui plus est la mode enfantine telle qu’elle existe aujourd’hui, permet de dépasser le seul débat esthétique et le jugement de valeur . Le déguisement permet surtout d’adopter un nouveau prisme d’entrée afin d’aborder les habits, leurs usages, leurs fonctions, leurs places, leurs rôles dans notre société mais aussi à travers les âges et les cultures, de façon décomplexée voire désacralisée.


Si le jeu de se déguiser pour enfant n’est pas exempt de tendances, de la figure de Pierrot, du magicien, du clown ou encore de la reine dans les années 1980 jusqu’à la princesse et les Super-héros aujourd’hui, il s’affranchit plus aisément des attentes stylistiques des adultes. Se déguiser, par définition c’est renverser l’ordre, jouer à être « pour de faux », s’inventer, oser, se cacher, se révéler… en clair tout est permis dans ce jeu symbolique où la faute de goût n'existe pas.



Se déguiser constitue un territoire parfait pour interroger les – mauvaises – habitudes, déconstruire des comportements et en inventer de nouveaux, porter un regard « innocent » sur les vêtement. Ce jeu est un espace-temps ludique où l’imagination est au pouvoir. En ce sens, il représente un cadre idéal pour la création stimulée par le potentiel narratif des enfants. C’est là le nœud de notre propos car c’est précisément là que Recherche et Innovation peuvent se déployer et ainsi définir un nouveau paradigme.


Cette quête de nouvelles histoires à inventer, de personnages à incarner, de créatures à revêtir, seul·es les enfants sont encore capables de s’y frotter, contrairement à nous autres adultes, confinés dans des schémas de pensées abscons mais avec la dent dure.



Si donc, nous sommes dépourvus de cette capacité à laisser libre cours à nos imaginaires avortés car trop longtemps non sollicités, il nous revient d’encourager les enfants à développer leur monde intérieur. Pas en leur imposant nos représentations appauvries de ce que pourraient être les héros et héroïnes de leurs aventures mais bel et bien en stimulant la puissance de leur imaginaire. Vaste sujet. On s’imagine qu’il faut du talent et des compétences et même des diplômes pour cela. On ne s’improvise pas chargé·e de projets en rêverie. Certes. Pour les plus téméraires d'entre nous, on trouve quelque soutien dans nos souvenirs d’enfance, dans les livres jeunesse comme avec le magnifique ouvrage « Déguisé » de l’illustratrice Albertine aux éditions Joie de Lire, mais on peine à la tâche, faute de confiance en nous et de savoir lâcher prise.


Pourtant on oublie dans un monde d’impératifs « Just do it », d’instantanéité et de créations décalquées que l’imagination comme la créativité s’apprennent, s’entretiennent, s’exercent quasi quotidiennement, que c'est une gymnastique. C’est bien pour cela que les costumes en polyester froissés de princesses has been ou de super-héros licenciés des block boosters outre-Atlantique ont envahi les fêtes d’anniversaires déguisées. Parce qu’on ne veut plus se tromper, échouer, faire mal, pas beau, s’afficher débutant, apprendre, recommencer quand les tutoriels Youtube ont tué dans l’œuf les volontés d’essayer et surtout qu’explorer prend du temps. Un temps que beaucoup considèrent perdu car improductif, non rentable et donc si précieux. À l’heure où l’on s’interroge sur ce qui est essentiel et où le secteur marchand du jouet rappelle que jouer est primordial pour le développement de la jeunesse (mais "jouet" n'est pas "jouer"), pourquoi se priver d’une telle activité accessible à tou·tes ?


Si en tant que guide, notre rôle était de laisser les enfants se perdre dans les méandres de leur imagination pour explorer leur imaginaire ? Si les emmener loin des sentiers battus consistait à leur proposer des valises remplies de lés d’étoffes, d'habits trop grands, au service de leur détournement, plutôt que des costumes prêts à porter ? Et si plutôt que de vouloir baptiser leurs créatures hybrides, informes, accumulées, mixées avec une question aussi insignifiante que récurrente « tu es déguisé·e en quoi ? », nous les suivions sans rien demander sur ce chemin non balisé dont nous ne connaissons pas la destination mais jonché de surprises, nous-même nous prenant au jeu ? Accueillant le bizarre pour soi et les autres, aiguisant notre œil, notre goût, notre main, réapprenant le B.a.-ba des habits.


Inspirons-nous de l’éducation à l’alimentation et au goût : « comment fait-on pousser les fruits et les légumes, à quelles saisons, comment les cuisiner, ne pas gaspiller, les déguster avec modération ? ». Aussi, nous découvririons pas à pas comment on fabrique un pull en laine - du mouton jusqu’au tricot et nous nous essayerions – et pas que dans les écoles de mode – à porter des jupes en cape, des pulls en baluchon, à retourner les vestes pour une nouvelle jeunesse.

L’ambition est belle et bien d’inverser les tendances et de créer un mouvement ascendant vers la mode (pour les grands, les adultes), et ainsi d’inventer grâce et avec les plus jeunes générations un nouveau rapport aux habits : émancipé, écologique et économique.



Posts récents

Voir tout

​​=^_^=

(づ。◕‿‿◕。)づ

  • Facebook
  • Instagram