*@%    @@        @        @           &@                                                                                           

                  (@                @        @           &@              .@@@@@,                                                                      

                   @                @        @           &@            @@@@@@@@@                                                                      

                     %@@            @        @           &@          @@    @@@@@                                                                      

                          @@*       @        @           &@        @@     @@@@@                                                                       

                            @@      @        @           @@      @@      @@@@@@                                                                       

                 @@         @       @        @@          @     @@.      @@@@@@                                                                        

                   @@#   @@#        @          @@@   .@@#    ,@@       @@@@@@                                                                         

                                                            @@       /@@@@@@#                                                                         

                  (@@@@@@@@         @,        ,@@@@@@@@(  @@.       @@@@@@@@                                                                          

                  (@        (@*     @,     @@           &@@        @@@@@@@@    *@@@@@@@/                                                              

                  (@          *@    @,   ,@            @@        (@@@@@@@@@@@@@@     @@@@                                                             

                  (@           %@   @,   @           @@&        @@@@@@@@@@@@        /@@@@                                         &@@@@@              

                  (@            @   @,  ,@         &@@        *@@@@@@@@@@*          @@@@@                                        @@@@@@@@@            

                  (@           @&   @,   @*       @@*        @@@@@@@@@@*          .@@@@@@                                        @@@@@@@@@            

                  (@          @,    @,    @@    @@@       @@@@@@@@@@@@           @@@@@@@                                         @@@@@@@@             

                  (@      ,@@       @,        @@@,      @@@@@@@@@@@@#           @@@@@@@                                                               

                                             @@@     @@@@@@@@@@@@@@.           @@@@@@@@                                                               

                                           @@@@   @@@@@@@@@@@@@@@@           *@@@@@@@@                                  @@@@@@@@@@                    

                                         @@@@@@@@@@* &@@@@@@@@@@@           @@@@@@@@@                               @@@@@@      @@@                   

                                       ,@@@@@@@@     @@@@@@@@@@@           @@@@@@@@@                            @@@@@@         ,@@@                   

                                     .@@@@@@@*       @@@@@@@@@@           @@@@@@@@@@                        @@@@@@(           @@@@                    

                                   @@@@@@@@         @@@@@@@@@(           @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@. (@@@@@@@&            @@@@@                     

                                 @@@@@@@@         #@@@@@@@@@            @@@@@@@@@@@@@@@          @@@@@@@@@@@@             @@@@@@                      

                              @@@@@@@@@          @@@@@@@@@@            @@@@@@@@@@@               @@@@@@@@@@            @@@@@@@@                       

                           @@@@@@@@@@           @@@@@@@@@@            @@@@@@@@                  @@@@@@@@@            @@@@@@@@@                        

                        @@@@@   @@@            @@@@@@@@@*              @@@@                 .@@@@@@@@@@             @@@@@@@@@                         

                     @@@@@     @@@            @@@@@@@@@                                  @@@@@@@@@@@@,            &@@@@@@@@@                          

                  @@@@@                     ,@@@@@@@@@                               ,@@@@@@@@@@@@@@             &@@@@@@@@@                           

               @@@@@                       @@@@@@@@@#                             (@@@@     @@@@@@.              @@@@@@@@@                            

             @@@@                         @@@@@@@@@                             @@@@       @@@@@@                @@@@@@@.                             

                                         @@@@@@@@@                           %@@@        @@@@@@                                                       

                                        @@@@@@@@                           *@@@        @@@@@@                                                         

                                      ,@@@@@@@@                           @@@,       @@@@@@                                                           

                                     @@@@@@@@%                           @@@     ,@@@@@@                                                              

                                    @@@@@@@@                             @@@@@@@@@@@@                                                                 

                                   @@@@@@@@                               @@@@@@                                                                      

                                  @@@@@@@                                                                                                             

                                ,@@@@@@/                                                                                                              

                               @@@@@@@                                                                                                                

                              @@@@@@                                                                                                                  

                             @@@@@.                                                                                                                   

                            @@@@,                                                                                                                     

                            @@                                                                                                                        

  • achartmann

CAP ou PAS CAP ?...

...d’intégrer l’éducation textile dans la refonte de la mode de demain ?



L’ambition du Studio Abi depuis sa création en 2020 est double et concomitante : concevoir et mettre en oeuvre une éducation textile pour éclairer les plus jeunes générations et qu’elles deviennent partie prenante de la mode de demain, mais aussi accompagner les professionnels du secteur textile dans leur transformation en donnant une place de choix à cette jeunesse créatrice de valeurs.


Les "terribles two" du Studio Abi : non à une mode sans éducation textile


Le Studio Abi fête ses deux ans, et plutôt que de faire un bilan qui ferait la part belle au développement, aux réussites, aux remerciements, il est, à notre sens, important de partager un constat simple et édifiant qui traverse les projets du Studio qui entre dans les « terrible two » : en 2022, dans notre société, les enfants ne sont pas pris au sérieux. Ils sont sacralisés, au centre de toutes les attentions, mais on ne les considère pas comme des êtres pensant et on accorde encore moins d’intérêt aux initiatives qui ont pour ambition leur épanouissement et pour qui comptent leur parole et leur exploration du monde.

En effet, lors de très nombreuses rencontres avec des professionnels depuis maintenant vingt-quatre mois, si l’accueil est toujours dithyrambique et l’intérêt manifeste pour le Studio Abi, en revanche les interlocuteurs, et plus précisément les acteurs de l’industrie textile sensibilisés et engagés dans la construction d'une mode durable, ne font pas le lien entre l’éducation textile et les problématiques auxquelles le secteur est confronté aujourd’hui et ce pour sa pérennité.

« Super idée que de proposer des ateliers aux enfants », mais lorsqu’on leur explique que la démarche est globale, qu’elle ne se réduit pas à quelques heures d’occupation, et que tout l’intérêt est de donner à voir, à partager aux adultes les réflexions et inventions des enfants, leurs rapports aux vêtements et aux autres par les vêtements, subitement c’est moins évident, voire carrément insignifiant.

Pourquoi s’en étonner à quelques jours d’une élection présidentielle violente et dangereuse où la place de l’éducation dans les débats et les programmes a brillé par son absence.

Pourquoi s’en étonner quand la mode enfantine propose en majorité, des enseignes grand public aux marques de luxe des collections de « Mini-moi » pour faire comme les grands alors que (encore un paradoxe), notre société refuse de grandir. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à lire Grandir, éloge de l’âge adulte à une époque qui nous infantilise de la philosophe Susan Neiman.

Ce constat fait donc écho à un contexte idoine. Devons-nous alors nous résigner ? En tant qu’entrepreneure, est-ce sérieux de s’engager dans un projet éducatif ? A priori, il n’y a rien de moins « bankable ». Si ça attendrit à peine les « mumpreneurs », les investisseurs dit sérieux n’y voient aucun potentiel de croissance et encore moins de profits à la clef. Pourtant, on est d’accord que le conseil peut rapporter gros (#McKinsey).

En clair, entreprendre dans l’éducation textile c’est au mieux une mignognerie, très tendance au Bon Marché quand on donne carte blanche à Philippe Katerine pour faire chauffer les cartes Gold, au pire une perte de temps pour les personnes sollicitées à l’agenda très serré et qui sont trop bien élevées pour décliner la proposition de se rencontrer.



Une mode durable sans les plus jeunes générations, à quoi bon ?


Pourtant, on s’interroge sur toutes ces initiatives qui se présentent comme responsables, pour une mode propre et durable. Si elles le font pour la planète, nous sommes tenté·es de penser que de nouveaux marchés économiques se développent et que ces projets misent sur le Green pour faire du cash. On n’ouvre plus un magazine féminin sans lire un article sur les atouts de la seconde main. Instagram est envahi des dernières marques d’upcycling, éco-conçues, en coton bio certifié, etc. Les grands groupes de luxe s’engagent à coup d’initiatives toutes plus brillantes les unes que les autres à l’instar de la toute nouvelle fédération de la mode circulaire. Les influenceur·ses s’affichent chinant, la loi anti-gaspillage fait rage. Bref, la révolution est en marche et avec elle cette semaine même la Fashion Révolution Week. Mais sans enfant. Ceux-ci sont les grands absents de cette déferlante qui, alors qu’on promeut l’inclusivité sous toutes les coutures, sont tenus hors d'une réflexion qui sans eux n’est que très court-termiste.

Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Il est parfois question d’éducation ou plus exactement de formation dans ces projets. Cette formation concerne les adolescent·es dans leur orientation scolaire et professionnelle à partir du collège ou du lycée. Mais avant ça, à l’âge des premières découvertes sensorielles, à l’âge où l’imaginaire est le plus florissant, rien, ou alors une peau de chagrin. Plus que dommage, c’est dommageable pour un secteur qui a besoin de changer de paradigme, de transformer sa chaîne de valeurs, depuis sa production jusqu’à sa consommation ET aussi dans son éducation.

L’éducation textile pensée et mise en oeuvre par le Studio Abi ne se réduit pas à des ateliers créatifs qui pour les parents, ont le bon goût d’occuper leurs enfants et de leur offrir en retour une heure pour soi bien méritée avec, cerise sur le gâteau, une production garantissant des likes sur les réseaux sociaux et donc en avoir pour son argent (même quand c’est moins cher que gratuit).



L’éducation textile, de la prose de M. Jourdain à une méthode créatrice de valeurs


L’éducation textile, si neuve, si riche existe depuis toujours en vérité, cachée dans les liens affectifs, dans les histoires de famille, dans les sensibilités, dans une soif esthétique, dans un instinct de survie, dans les savoir-faire ancestraux, dans les voyages et les rencontres, dans les innovations techniques, dans les arts, dans l’industrie, dans les « j’ai rien à me mettre », dans un doudou inséparable, dans un costume de déguisement sur-mesure, dans un noeud de cravate, dans un tapis, dans un foulard, et même dans un trou de mite. L’éducation textile par le Studio Abi est inspirée autant par les ateliers tactiles de Bruno Munari que par les performances orchestrées par Olivier Saillard, par des souvenirs d'après-midi à sélectionner des boutons dans des tiroirs, à se parer pour s’amuser avec les ami·es, à apprendre à tricoter, à s’inventer d’autres vies avec les manteaux d’autres sur soi.

Aussi évidente qu'impalpable, cette éducation textile a été longtemps une chasse gardée inconsciente d'un cercle privilégié de grandes personnes, qui comme souvent, ne font pas les liens que l'on tisse les uns aux autres par les étoffes qui nous protègent autant qu’elles nous embellissent depuis la plus tendre enfance.

Le Studio Abi a la volonté de la rendre accessible à tous et toutes, car nous pensons que la mode n’est pas si sérieuse qu’elle le prétend parfois. De ce fait elle peut être laissée au - mauvais - goût des mioches en culottes courtes.


« Ce n’est pas pour les enfants, enfin… ». « Avez-vous bien conscience des enjeux économiques du secteur ? ». « Comment concevez-vous votre business modèle ? Car ce ne sont pas quelques ateliers et encore moins les observations tirées de ces ateliers qui changeront la face de la mode et qui engendreront des rentrées d’argent suffisantes pour passer de la start-up à la skell-up. »


En êtes-vous si sûrs ? Et si ces observations mises en perspective étaient des diamants bruts à tailler, les futurs embryons des marchés à venir ? Si les investissements faits pour l’éducation textile des enfants ruisselaient sur les comportements des consommateurs. Simple exemple : comment expliquer à ces consommateurs qu’un tee-shirt ne vaut pas 5 euros (ni économiquement et encore moins symboliquement) si ce n’est qu’en prenant le temps de questionner cet objet, de le contextualiser, de donner à voir la matière première, la fabrication, la diffusion, etc. et en incitant les individus et les enfants en premier à créer leurs propres vêtements pour qu’ils expérimentent et ressentent tout cela ? Sans cette prise de conscience et cette éducation des futurs consommateurs mais aussi acteurs, il est difficile d’assurer la pérennité de ces marques responsables aussi géniales soient-elles.

Autre exemple, comment favoriser la transmission des savoir-faire sans sensibilisation des plus jeunes générations à ces métiers ? Les prises de conscience actuelles ne garantissent pas un changement de paradigme. Pour preuve, Vinted et consort qui étaient présentés comme la solution à la fast fashion sont devenus sans éducation, sans accompagnement, une nouvelle voie de consommation de cette fast fashion décomplexée et décuplée. Machiavélique.

Poussons encore le raisonnement et évoquons sans détour le potentiel d’un marché en devenir avec ses consommateurs qui seraient également ses professionnels, à l'instar des ingénieurs designers textiles, ceux-là même qui aujourd’hui participent à ces ateliers, sensibilisés aux matériaux, aux savoir-faire, invités à explorer leurs goûts propres, à interroger les codes vestimentaires, à découvrir le pouvoir magique des étoffes, à inventer de nouveaux matériaux, formes, comportements ?

Notre start-up nation ne jure que par l’innovation et la créativité. Or, qui sont les vrais designers du quotidien ? Qui ose sans discontinuité interroger son environnement pour l’améliorer ? Qui apprend, observe, cherche, joue, rêve, invente sans lassitude, avec passion ? Les enfants.



L’imagination au pouvoir, zéro déchet pour un maximum d'effet


Le Studio Abi ne cherche pas à devenir une multinationale, à développer une énième marque de vêtements. Non. Pour tout dire, nous ne souhaitons pas mettre sur le marché un produit mais bel et bien un service accessible à toutes et tous et engager une réflexion globale à partir de l’éducation textile, en mettant autour de la table des experts qui ne se rencontrent jamais ou que trop rarement. Notre entreprise est philanthropique mais elle n’en est pas moins sans valeurs. Nous sommes convaincu·es des vertus et effets positifs de l’éducation textile. Les premiers projets expérimentaux menés aussi bien dans les écoles que dans les institutions culturelles le prouvent, et ce grâce majoritairement à des financements publics et du bénévolat jusqu’ici. Mais le temps presse. Et le temps c’est de l’argent.

Ne serait-ce pas du gâchis que le secteur de la mode n’en fasse rien ? Quel comble pour la mode durable de gaspiller un aussi beau potentiel de recherche et de développement.

Les enfants y ont déjà trouvé leur intérêt car l’éducation textile, telle que nous l’avons conçue, stimule leur capacité à s’émerveiller, encourage à regarder écouter toucher essayer, et leur donne les moyens de grandir comme ils le désirent tous et toutes.

Ne pouvant être juge et partie, nous partageons avec vous le témoignage d’un parent reçu sur les réseaux sociaux du Studio Abi, plus d’un an après une série d’ateliers que son enfant de 5 ans avait suivie dans une école publique de la Seine-Saint-Denis : «Bonjour, un petit message pour dire que notre fils a participé l’année scolaire dernière à un atelier du Studio Abi autour des tissus et des étoffes, il nous en parle encore et a développé depuis un vrai goût pour les tissus et les « belles choses ». On ne peut plus jeter le moindre fil ou la moindre chute de tissu à la maison, il les met directement dans sa boîte à trésors. Il est très sensible aux couleurs, motifs et douceurs des tissus. Je voulais vous le dire car cet atelier a vraiment déclenché quelque chose en lui. En ces temps moroses où tellement de métiers et démarches paraissent « non-essentielles » aux yeux de ceux qui nous gouvernent, c’est important de se dire que c’est tout l’inverse ! On voulait vous remercier. Bonne continuation ».

Pourquoi ne serait-ce réservé qu’à quelques centaines d’enfants au mieux ? Pourquoi ne pas le proposer au plus grand nombre comme ce qui est fait avec l’éducation alimentaire désormais ? Pourquoi les expert·es du secteur et les adultes en général n’auraient-ils pas aussi le droit de grandir encore et toujours grâce à l’éducation textile et à recevoir les enseignements des enfants pour ainsi bouger les lignes de ce secteur autant artisanal qu'industriel ?

Pour conclure, notons qu'Alessandro Michele, directeur artistique de Gucci par ce hashtag #ravelikeyouarefive et Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton dans l’introduction de son dernier show, en décembre 2022 quelques jours après sa mort, nous invitent à retrouver nos âmes d’enfant : « I’ve been on this focus in terms of my art and my creativity of getting adults to behave like children again. That they go back into this sens of wonderment they stop using their mind and start using their imagination. »


Cette imagination loin d’être un argument de vente, fait une pierre deux coups puisse qu’elle est une ressource naturelle de qualité pour une mode et un monde durables. En ces temps de pénurie d’énergie fossile, miser sur les bonnes idées, ça n’a pas de prix.


Alors, cap ou pas cap ?


#educationtextile #limaginationaupouvoir #studioabi #havefundressup #lamodededemainnousappartient #slowfashion #fashionrevolution

Posts récents

Voir tout

​​=^_^=

(づ。◕‿‿◕。)づ

  • Facebook
  • Instagram